Home Mes Idées Message à mes Amis Libéraux

Message à mes Amis Libéraux

Chers Amis Libéraux,

Tout comme vous, je pense que nos entreprises, et plus particulièrement nos PME et TPE, doivent bénéficier d’un environnement favorable à leur développement. C’est, en effet, elles qui créent la richesse qui permet de financer notre bien-être, ainsi que notre système de Sécurité Sociale qui nous met à l’abri des aléas de la vie.

Je déplore cependant que le Parti qui se réclame d’un Libéralisme « Réformateur » n’ait plus à l’esprit que les intérêts des marchés financiers et des grands groupes internationaux… Pire, afin de satisfaire aux exigences de plus en plus pressantes de ces derniers, il n’hésite pas à sacrifier les TPE, PME et personnes qui les animent ou y travaillent…

Quelques exemples sont particulièrement édifiants :
- Depuis le 1er juillet 2012, les agents des contributions sont poussés à appliquer une cotisation spéciale de 309 % sur tout ce qu’ils considèrent être des avantages en nature… Cette mesure, prise soi-disant pour lutter contre la fraude, touchera, en fait, des entrepreneurs honnêtes, ainsi que leurs collaborateurs auxquels ils auront peur d’accorder une quelconque facilité de peur d’être taxés à ce taux prohibitif de 309 % !
- Au niveau de la récupération des créances, l’Etat s’est arrogé des droits qui lui permettent de récupérer facilement les sommes dues alors que les créanciers ordinaires que nous sommes doivent passer par une procédure judiciaire lente et, in fine, paient des frais d’avocat et de justice sans grand espoir de récupérer les montants dus…
Le MR a voté en faveur des caisses enregistreuses « espion » pour l’Horeca et ne s’arrêtera pas en si bon chemin : un à un, tous les secteurs seront concernés par des mesures de contrôle de plus en plus vexatoires et coercitives… Pour information, le seul Parti francophone qui a voté contre ces caisses sont les FDF.
- Et, pour corser le tout, on a renforcé la responsabilité de celles et ceux qui entreprennent en réduisant la portée de la responsabilité limitée des sociétés pour ce qui concerne les dettes envers les Pouvoirs Publics.

Ces quelques exemples, à l’instar d’un grand nombre d’autres évolutions récentes, montrent à quel point les Partis qui prétendent défendre les intérêts des indépendants et entrepreneurs ont préféré, dans leur action, les sacrifier afin de préserver ceux des grands groupes et des marchés financiers… Peut-être pour continuer à emprunter sans limites…

Ne trouvez-vous pas qu’il est temps de faire savoir à ce Parti que vous avez compris qu’il ne vous représente plus en changeant pour mettre au pouvoir des citoyens qui, comme vous, connaissent la réalité du terrain ?