Home Communiqués Chaque jour, des entreprises ferment ou délocalisent
formats

Chaque jour, des entreprises ferment ou délocalisent

Publié le 21 octobre 2014 par dans Communiqués

Depuis quelque temps, on ne compte plus les entreprises qui ferment ou délocalisent leurs activités… Avec toutes les conséquences que cela a sur notre économie et nos emplois !

Cette situation est particulièrement dommageable pour notre économie et il y a lieu de pallier à cette hémorragie, faute de quoi le phénomène continuera à s’amplifier et nous connaîtrons, tous, un appauvrissement conséquent.

Contrairement à ce que certains pourraient penser, l’imposition de contraintes aux entreprises ne servira à rien car le problème auquel nous avons à faire face les dépasse complètement. Pire, en agissant de la sorte, on rendra encore plus difficile la vie de nos TPE et PME, ce qui, inexorablement, augmentera encore le nombre de faillites et de pertes d’emplois. Il en va de même pour un certain nombre de mesures prises « en faveur de l’emploi » comme les contrats « win-win » ou les « titres-services »… Ces mesures ont, effectivement, permis de créer, ou plutôt officialiser, des emplois mais ce ne sont que des palliatifs coûteux et, économiquement, il aurait mieux valu que ces activités continuent à être pratiquées « en noir ».

Au lieu de multiplier les « mesurettes » coercitives ou palliatives, dont le seul avantage est de ne pas toucher au système et à ses privilégiés, il y a lieu de prendre des mesures structurelles car le problème auquel nous devons faire face est de cet ordre.

En effet, sous l’impulsion de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), nous avons été amenés à ouvrir nos frontières aux produits et services émanant de l’étranger… Et nous nous retrouvons face à des concurrents dont les coûts de production sont tellement inférieurs aux nôtres qu’il est impossible de les concurrencer.

Notre handicap a, en outre, encore été renforcé par deux autres facteurs : la force de l’euro et le coût important de la main d’oeuvre par rapport au net perçu par les travailleurs.

La réponse, structurelle, doit donc atteindre les objectifs suivants :
- Diminuer le coût de la main d’oeuvre tout en augmentant le net et donc le pouvoir d’achat des travailleurs
- Diminuer la valeur de l’euro afin de rendre nos produits et services plus compétitifs
- Augmenter le prix des produits extra-européens importés
- Augmenter de manière raisonnable le taux de l’inflation, ce qui aura pour effet de diminuer l’endettement des entreprises, des ménages… Et de l’Etat !
- Dynamiser notre économie en favorisant l’entrepreneuriat et en rendant moins attractive la thésaurisation

Vincent Granville.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
© Vincent Granville - Tous droits réservés
credit